La stratégie du chaos semble être la voie choisie par un pouvoir aux abois. En promettant d'utiliser des moyens plus radicaux contre les Gilets jaunes, le pouvoir usurpé symbolisé par Emmanuel Macron s'entête dans l'affrontement contre une bonne partie du peuple. Ainsi, la propagande méprisante, la répression judiciaire et la violence des forces du chaos de l'ordre vont être des réponses développées et sanctuarisées sous une chape politico-législative ad hoc, qui n'aura pratiquement plus rien à envier à un Etat totalitaire policier.

A moins que quelques grains de sables bien mal placés ne viennent enrayer la machine folle de ce roi de pacotille, avec sa cour de petits nervis et de précieuses ridicules...

Voyons d'abord ce que Le Fil d'Actu nous dit de Macron et de sa stratégie du chaos :

Le Fil d'Actu Officiel - 11 janvier 2019

Arrive un moment où il est du devoir et de la reponsabilité particulière d'un président de la République de faire passer la cohésion nationale avant les intérêts politiciens. Lorsqu'en période de crise, un président dit de ses opposants qu'ils sont la négation de la France, c'est une attitude irresponsable. Lorsqu'il promet un débat national, tout en précisant que quoi qu'il arrive il maintiendra le cap de sa politique, rendant de fait tout débat inutile, c'est une attitude irresponsable. Lorsqu'il privilégie l'affrontement et le passage en force à l'écoute et au compromis avec son propre peuple, c'est une attitude irresponsable.

Car bien sûr si il s'entête dans cette tactique politicienne, il est tout à fait possible que Emmanuel Macron ait raison du mouvement des Gilets jaunes. Même si rien n'est moins sûr... Mais dans tous les cas, le pays en ressortira extrêmement affaibli et la fracture entre ceux qui le composent et ceux qui le gouvernent plus béante que jamais. Le mouvement des Gilets jaunes, qu'on le soutienne ou non, qu'on y participe ou qu'on le combatte, est l'expression d'une souffrance, d'un sentiment de ne pas être respectés ni considérés, d'une aspiration à plus de démocratie et à une politique plus attentive aux besoins des gens. Sur le long terme, y répondre par le mépris, par la violence et par l'entêtement ne peut qu'aggraver le problème. Qu'Emmanuel Macron réfléchisse bien à cela. Souhaite-t-il vraiment que l'Histoire se souvienne de lui comme du président qui aura plongé le pays dans le chaos ? Si tel est le cas, qu'il persiste dans cette folie... Les Français ne manquent pas de ressources, et ils se chargeront de reconstruire sur les ruines qu'il aura laissées en partant.

Pour la dérive autoritaire et le recours à l'affrontement entre la police et le peuple, Le Pixel Mort propose deux ZAP éloquents :

[ZAP] GILETS JAUNES : LA POLICE VS LE PEUPLE ?

Le Pixel Mort - 10 janvier 2019

L'escalade se poursuit entre la police et les gilets jaunes. Comment les médias de masse réagissent ils ? L'impartialité sans doute. Quelles initiatives Macron et son gouvernement vont ils prendre ? Le dialogue, sans doute.

[ZAP] GILETS JAUNES & MACRON : ÇA TOURNE MAL

Le Pixel Mort - 10 janvier 2019

Face au soulèvement des Gilets Jaunes, l'élite politique et médiatique française appellent à une dérive autoritaire à la fois tactique et législative. Ironie de l'Histoire, l'élection d'Emmanuel Macron s'est faite contre la menace d'un fascisme désormais bien en place au cœur de la république et qui semble sur le point de germer. Bienvenue à l'aube de la dictature macronienne.

Source: 
Agora Vox